Aujourd’hui en Afrique et particulièrement au Togo, le football fait rêver certains jeunes malgré tout. Tous les jeunes veulent jouer au football. Certains d’ailleurs sont prêts à tout mettre en œuvre pour aller en occident monnayer leurs talents et vivrent leurs rêves  avec des fortunes diverses.

Quitter le championnat togolais et espérer…C’est le sujet auquel s’intéresse cette semaine AFRIK INFO SPORT.

Généralement quand on parle des professionnels togolais, le grand public a surtout l’image de ceux qui ont signé dans l’un des 5 grands championnats.

Pour les agents de joueurs, le footballeur est généralement peut être comparable à une marchandise. Mais pas n’importe laquelle. L’agent a une marchandise qui a toujours son mot à dire.

Alors comment les joueurs partent-ils généralement du pays ?

Souvent lorsque l’agent  pense qu’un joueur d’un club de première ou de deuxième division togolaise peut avoir une chance dans un club à l’extérieur, celui-ci contacte le club en question tout en leur expliquant qu’il vient de découvrir un trésor qui peut les intéresser.

L’agent crée un premier contact avec le club et envoi des informations sur son  joueur. Généralement il envoie quelques images du joueur au club ou il accompagne le joueur pour un test dans le club recruteur. Les négociations peuvent en ce moment commencer avec le joueur et le club dans  lequel  il évolue.

Mais généralement à côté de ce schéma l’écrasante majorité prend des raccourcis. Ils quittent discrètement leur championnat pour des championnats dans d’autres pays africains ou d’autres petits championnats dans le monde.

Ces derniers temps les jeunes footballeurs togolais qui rêvent de commencer une carrière de de footballeur professionnel au Maghreb avant d’aller en Europe sont très nombreux.

Mais alors, vivent-ils d’agents véreux ou de leur propre imprudence. Beaucoup d’entre eux voient leurs rêves brisés. 

Mais ce n’est pas le cas de certains joueurs talentueux comme Guillaume Yénoussi de Dyto, Yacoubou Hudu, Ouro Sama Hakim  et Eli Séwonou de l’AS Togo Port,  et autres  qui ont quitté récemment le championnat togolais pour d’autres championnats.

Les pays du Golfe et ceux de l’ex bloc soviétique sont généralement les pays qui accueillent en clandestinité les jeunes joueurs. Mais il est claire de rappeler que l’Europe reçoit rarement des footballeurs togolais ces dernières années.

Quand vous écoutez les témoignages de certains des jeunes joueurs du championnat togolais qui ont pu trouver une place, ils vous diront tous que les choses n’ont pas été simples.

Au finish, il n’est pas inutile de rappeler qu’on peut toujours passer par un petit  championnat pour espérer arriver un jour, dans un grand.

Mais attention, les jeunes doivent savoir qu’ils ne doivent pas passer dans n’importe quelle condition. Et peut-être pour les parents d’accompagner leurs enfants pour voir ce qui se passe au foot.

Lorsqu’un club sérieux a besoin  d’un joueur, il fait tout pour avoir le joueur. Mais il ne demandera jamais au joueur de payer son billet d’avion ou de payer pour son test. S’il le fait c’est de l’arnaque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here