Innocent Kossivi EGBETONYO, (en cravate marron) en sa qualité de Directeur de Cabinet du ministère de la Justice à une activité de UCJG (Image Internet)

Le nouveau gouvernement togolais  a été formé jeudi. À noter : l’entrée de nouvelles personnalités et la répartition de certains portefeuilles.

Dans cette nouvelle équipe on pourra déduire à priori que des portefeuilles comme ceux de la communication, de l’agriculture, de la formation civique ou encore des Sports ont été oubliés par le chef de l’État togolais.

Mais à postériori et après analyse de la nouvelle équipe gouvernementale, il est aisé de prédire que les sports par exemple seront gérés par le  nouveau patron du  ministère de la culture, du tourisme et des loisirs durant les quelques mois qui restent encore avant  la prochaine élection présidentielle, à moins que le président de la république togolaise décide en fonction de ses priorités de compléter son gouvernement comme cela a été souvent le cas.

Une autre possibilité qui s’offre au chef de l’État mais peu probable, est celle qui consiste à confier le département des “sports” à un secrétaire d’État délégué auprès du ministre de la culture, du tourisme et des loisirs.

Faure Gnassingbé  étant d’après nos analyses dans une logique de redistribution des postes en vue de la préparation de la présidentielle de 2020, s’est beaucoup plus occupé des postes stratégiques.

Selon le  décret présidentiel  lu  dans la nuit du 24 Janvier 2019 à la Télévision Togolaise (TVT), l’ancien Directeur de Cabinet du Ministère de la Justice,  Mr Innocent Kossivi EGBETONYO chapeaute désormais le ministère de la Culture, du Tourisme et des Loisirs.

Le portefeuille de la Culture était jusque là géré par l’ancien ministre de communication en charge des sports Mr Guy Madjé Lorenzo.

Pour rappel, le loisir est l’activité que l’on effectue durant le temps libre dont on peut disposer. On qualifie également le loisir de « temps libre », soit un temps usuellement consacré à des activités essentiellement non productives d’un point de vue macroéconomique, activités souvent ludiques ou culturelles : bricolage, jardinage, sports, divertissements… Cela a entraîné par la suite un glissement sémantique du terme « loisir » (temps libre) vers celui de « loisirs » (divertissements et sports).

Laisser un commentaire